• Fanfiction !


    Samedi 18 Mars à 22:06
    Nimoune

    Merciiii :'c

    J'ai peut-être un talent caché pour l'écriture .___.

    Samedi 18 Mars à 22:12
    Yokkas

    MAIS BIEN SUR QUE OUIII

    Samedi 18 Mars à 22:13
    Horei

    Nanou, c'est le week donc écrit la suite maintenant!

    JE LA VEUT, LA PUTAIN DE SUITE

    Samedi 18 Mars à 22:16
    Nimoune

    MEEEEEEH je viens de finir le chapitre il y a 1 heure ;_________;

    + il faut que je trouve dans ma tête toutes les choses que je veux mettre dans le prochain chapitre ;-;

    Samedi 18 Mars à 22:17
    Horei

    meeeeeh c'est loooong

    Samedi 18 Mars à 22:17
    Nimoune

    ;_;

    Samedi 18 Mars à 22:18
    Yokkas
    Ecrire une fanfiction, c'est chiant
    Samedi 18 Mars à 22:21
    Horei

    bouh

    Dimanche 19 Mars à 17:28
    Nimoune

    Bruh, j'me suis bien ennuyée cet après-midi donc j'ai écris la sweet. C'est le chat pitre deux. J'espère qu'il vous plaira svp

    ________________

    Je ne rêve pas ? Est-ce bien Ayano Aishi, m'observant d'un air meurtrier ? Ou alors un démon ayant pris son apparence ? Sans me poser plus de question, je me mis à courir dans la direction opposée. Je ne me retournai pas, pourtant je savais qu'elle était en train de me poursuivre. De plus, il n'y avait aucun passant, nous étions dans un quartier pauvre de la ville où seulement les voitures passaient et celles-ci ne faisaient guère attention à nous. De plus, il était proche de vingt heures et le ciel commence à s'assombrir.

    J'osai enfin mettre un regard en arrière. Personne. Je m'arrêtai pour reprendre mon souffle, haletante. Grossière erreur. La meurtrière, cachée dans une ruelle plus loin que je n'avais même pas remarquée, se jeta sur moi, j'essayai de me débattre, cependant elle avait trop de force pour moi. Je tentai d'appeler à l'aide, mais personne n'est venu. Je vis Ayano sortir quelque chose de son sweat à capuche troué, qu'elle a sûrement dû récupérer quelque part à la va-vite, puis m’assomma d'un grand coup avec.

    Puis, le trou noir.

    ...

    Lorsque je me réveillai, j'étais dans une sorte de cave faiblement éclairée. Il y avait une autre personne dans la pièce, mais je ne réussis pas à distinguer son visage, il faisait toujours trop sombre dans cette pièce, la faible lumière n'éclairant pas assez. Ressentant une douleur au niveau de la tête, je me souvins rapidement pourquoi j'étais ici. Cette fille... elle m'a poursuivie, et m'a capturé. Je sentis que mes mais sont liées. Je suis vraiment dans la merde !

    Je tentai d'observer les alentours afin de trouver ne serait-ce qu'une seule chose me permettant de partir d'ici, mais je ne trouvai rien. Comme si je pouvais voir quoi que ce soit ! La lumière émettait seulement une faible lueur autour d'elle-même. Alors c'est fini, c'est ça ? Je vais pourrir ici, morte de faim et de soif ? Trop occupée à m'abattre sur mon sort, je sursautai lorsque j'entendis une voix parler, me parler à moi.

    "S-s'il te plait, je t'en supplie... aide-moi." La voix appartenait à une fille et était douce et hésitante à la fois.

    "Hem, oui ?" lâchais-je, confuse.

    "Pitié, j'ai perdu la notion du temps ! Je sais même plus combien de jours je suis ici ! Je meurs de faim et de soif ! Je deviens folle !", s'énerva la voix. Alors Ayano ne prenait même pas la peine de nourrir ses victimes ? Un frisson parcouru mon corps.

    "Je viens juste d'arriver... j-je ne sais pas quoi faire pour toi. Tu... t'appelles comment ?", demandais-je, avec hésitation.

    "Amai... Odayaka. Mais peu importe, achève-moi ! Je vais pas pouvoir résister plus !"

    "Je ne peux peux même pas t'accorder cette peine... Amai. Mes mains sont liées", soupirai-je.

    "Pourquoi tu crois que je te demandes ça ? Je suis attachée à une chaise ! J'ai mal partout ! Combien ça fait de temps que je suis là, plusieurs jours ? Plusieurs semaines peut-être ? Bordel, je sais même plus !", s'emporta-t-elle.

    "Cela fait deux semaines que tu es recherchée.", soupirai-je.

    "D-deux semaines, tu dis ?! Oh bordel !", cria-t-elle. "J-je... je veux juste retourner à ma vie d'avant. Ma vie où j'étais la chef du club de cuisine, je préparais des repas pour tout le monde, et..."

    Elle lâcha un sanglot. Elle me fait vraiment de la peine. Mais je suis rassurée sur un point : étant donné qu'Amai est en recherche depuis deux semaines, Ayano doit très certainement la nourrir, rarement certes, mais elle est quand même nourrie. Elle serait déjà morte de faim ou de soif, sinon. Je ne suis cependant pas rassurée sur le fait qu'elle ne puisse même pas se dégourdir les jambes, et ce pendant deux semaines. Je me sentis plutôt chanceuse de ce côté-là : seulement mes mains étaient liées. Soudainement, je sursautai une seconde fois lorsque j'entendis la porte de la cave s'ouvrir, puis Amai qui hoquetai. La lumière s'alluma entièrement, et je pus distinguer cette fois le visage de cette fameuse "Amai". En effet, c'est bien elle, la chef du club de cuisine, assise sur une chaise en bois, qui m'a l'air peu confortable.

    J'observai la cave, rapidement. Elle n'était pas accueillante du tout. La couleur grise et noire domine, les murs et le sol sont en bétons froids et je cru même apercevoir du sang, qui à mon avis ne date pas d'hier, sur des recoins. Ayano me sortit de ma torpeur.

    "Alors comme ça, t'as survécu, hein ? Budo Masuta... je le tuerais, lui aussi, par surprise. Il ne mérite pas de vivre. T'as eu de la chance, hein ? T'inquiète pas, à partir de maintenant, la chance, tu peux lui dire adieu. Quand à toi...", elle se tourna vers Amai, "Ton supplice continueras. Jusqu'à ce que tu seras à bout. Tu mérites de souffrir. Tout ceux qui veulent me le voler... doivent tous souffrir. Cette Kizana... j'ai jamais pu me l'encadrer. Au début, j'ai voulu la broyer, mais j'ai trouvé ça plus amusant d'entendre ses os craquer lorsqu'elle tombera au sol. Bah, elle s'en est tirée, une jambe et un bras cassé c'est rien. Contrairement à cette connasse d'Osana Najimi... Enfin. Je retrouverais notre chère chef du club de théâtre, et je la tuerais. Avec souffrance. En attendant... bienvenues en enfer, mes chéries."

    Après avoir fini son monologue qui m'a paru être une éternité à écouter, elle partit tout en prenant soin de claquer violemment la porte de la cave et de la verrouiller. Elle ne nous a même pas donné de quoi manger ou boire. Aimai recommença à pleurer.

    a swivr 

    pauvre Amai :'(

    J'ESPERE QUE CA VOUS PLAIT moi j'aime pas

    Dimanche 19 Mars à 18:47
    Emmojoy

    Ayano la sadique

    Dimanche 19 Mars à 18:48
    Nimoune

    uehehehehee elle est pas faite pour être gentille :p

    Dimanche 19 Mars à 19:00
    Yokkas

    C'est vraiment une connasse Ayano, j'espère qu'Oka va s'en servir parce qu'on s'en branle d'Amai /pan/

    CT BI1

    Dimanche 19 Mars à 19:05
    Nimoune

    NAAAAAAAAN ON S'EN FOU PAS D'AMAI-SENPAI D:

    Et comment tu penses qu'Oka pourra se servir d'Ayano xD

    mrci

    Dimanche 19 Mars à 19:11
    Yokkas

    En fait nan elle me fait trop de la peine Amai

    SORTIR PAS SERVIR putain de correcteur automatique

    Dimanche 19 Mars à 19:14
    Nimoune

    Ben oui la pauvre :'(

    Ahhhh tu verras :p non elle va crever comme une merde de faim et de soif




    Vous devez être membre pour poster un message.