• -oOoOoOo-

    10 septembre 2016

     

     Bonjour, je m'appelle Kokoro Akuma et j'ai 18 ans. Pff...Tout cela sonne tellement mal.

     

    En ce moment je ne sais pas qui je déteste le plus. Mes abrutis de parents qui m'on appelée "cœur" ou mes débiles d'ancêtres qui n'on pas trouvés de nom plus pourri que "démon" .

     

    Mais bon, revenons à nos moutons. Je ne sais vraiment pas pourquoi j'écris ça. Peut être ai-je peur de mon avenir ou ,tout simplement, je ressens le besoins d'écrire mon histoire, l'histoire d'une année pour mieux la comprendre.

     

    Il faut que j’arrête de tergiverser, de faire l'enfant après tout ce qui m'ai arrivée !

     

    Revenons au début.

     

    Je m'appelle Kokoro Akuma, j'ai 18 ans à présent. J'ai des cheveux noirs que je tresse et que j'agrémente de rubans blancs, de grands yeux platines, une peau pâle et de fine lèvres rouges. On me dit belle mais je n'ai pourtant aucun prétendants, j'ai toujours vérifié. Je ne veux pas être enfermée dans une relation futile de lycéens en manque d'amour.

     

    Si j'ai des amies ? Non, les élèves me craignent trop. En fait, en y réfléchissant, une seule élève éprouve envers moi un semblant d'affection, Taino Sha, la chef des délinquants . Elle et moi avons grandi ensemble et elle a toujours tenté de me protéger . Pourtant je ne la vois pas comme une amie, seulement comme une alliée qui peut m'être utile un jour . 

     

    J'ai toujours trouvée les adolescents stupides et violents . Ainsi, ces "jeunes adultes" m'on toujours traitée de sans-cœur . Pourtant j'en ai un ! Enfin, j'en avais, jusqu'à "cet incident", il y a un an .

     

    Maintenant que vous me connaissez, je pense que je peux commencer mon histoire .

     

    Tout a commencé le 14 septembre 2015 ...

      -oOoOoOo-

     

     


    votre commentaire
  • -oOoOoOo-

      Chapitre 1: Un nouveau lycée

    Tout commença le 14 septembre 2015, le jour où je suis rentrée à Hakademi Hight School .

     

    La première fois que je vis ce lycée, je fut impréssionnée . La blancheur des batiments, les cerisiers en fleur, la fontaîne au milieu de l'école . Si je ne connaissais pas l'histoire de ce lieu, je ne l'aurai jamais deviné . Comment deviner, que dans ce lieu idyllique, des meutres avaient été commis, l'année d'avant ? À croire que mes parents tenaient vraiment à ce débarrasser de moi … 

     

    Les étudiants, par contre, m'orripilait au plus au point . Que ce soit les vantardises des membres du club d'art martiaux ou les bavardages continus des pimbèches du club de cuisine, je ne me fit, cette fois encore pas d'amis . Mais cela m'importais peu . Par contre, j'avais remarquée qu'un élève, d'un an plus jeune que moi me regardait alors que j'étais assise sur la fontaîne . Je crois qu'il s'appellait Aikino ou un truc dans le genre . Énervée, je me levais, et faisant mine de ne pas l'avoir vu, je me dirigeais vers le club occulte, le seul club que je n'avis pas encore visitais . Quand je rentrais dans le club, je fus tout de suite appésée par le silence qui régnait dans la pièce, tout les élèves étaient bien trop occupés à lire leur grimoire pour faire attention à moi . Seule une élève au centre de la pièce semblait m'avoir remarquée . Je me dirigeais vers elle lorsque soudain elle prit la parôle :

     

    -Tu es la nouvelle ? me demanda t-elle . Akuma c'est bien ça ?

     

    - Oui, je suppose que tu es Oka Ruto, la présidente du club .

     

    - Exactement . Veux tu rejoindre notre club ? Nous nous interessons à tout ce qui touche le domaine de l'occulte .

     

    -J'allais te le demander . Au fait, avez vous déjà réussit à invoquer un démon ?

     

    -Hélas non, mais nous y travaillons chaques jours . Une légende dit que dans ce club, des manuscrit datant du moyenne age et permettant d'invoquer un démon sont cachés ici, mais après avoir cherché pendant deux ans, j'ai abandonnée . Après ces paroles, Oka se renferma, et, voyant qu'elle ne souhaitais plus me parler, je partis .

     

    J'étais en train de faire le tour de l'école, après les cours qu'en j'entendis une voix m'appller .

     

    -Kokoro ? C'est bien toi ?

    Je me retourné lentement en me préparant à faire face à l'inconnu qui semblait si bien me connaître...

    -oOoOoOo-

     


    votre commentaire
  • -oOoOoOo-

    Chapitre deux : Vielle connaissance et rituel

     

     Je me retournais lentement pour faire face à l'inconnu qui semblait si bien me connaître ...

     

    -Taino ? demandai je, étonnée . Je te croyait toujours en prison après la baston de l'année dernière .

     

    -Ah ! Qu'est ce que je m'étais amusée ce jour là ! . Mais c'était le bon vieux temps, je préférai encore aller en prison que d'aller ici où je suis obligée d'étudier .

     

    -Je ne t'ai jamais vu étudier de ta vie, même en maternelle . Aurais tu changée ? fis je amusée . Et tes amis ? Toujours à vouloir épouser leur bout de bambou ?

     

    -Nous avons une réputation à garder, attend ! Si des délinquants se baladaient sans leurs armes et qu'ils allaient en cours … brrr je ne préfère pas y penser .

     

    Pandant que mon amie riait, je remarquais que Akeino, oh plutôt devrais je dire "le colleur" m'avais encore suivit . D'un petit geste, je le montrais à Taino .

     

    -Il me suis depuis mon premier jour .

     

    -Tu veux que je m'en occupe?

     

    -Non, il n'est pas encore "ennuyant"

     

    -Et sinon ? Tu as des projets ?! J'ai entendu dire que tu étais rentré dans le club occulte .

     

    -Oui . fis je . Je suis persuadée que des manuscrits sont cachés dans ce club . Si je les trouve, serra tu avec moi pour faire à nouveau un coup ensemble ?

     

    -Bien sur ! s'indigna t'elle . 

     

    Ce que j'aimais chez elle, c'est qu'elle ne posait pas de questions . Si elle m'avait demandé ce que racontait les livres, j'aurais étais obligée de tout lui raconter, et elle aurait sûrement refusée de m'aider .

     

    Pendant les trois semaines qui suivirent, je passais le plus clair de mes jours et de mes nuits à chercher sans relâche, les livres, mais rien . Pas le moindre bout de parchemin . Je ne les trouvais a la semaine d'après, alors que je commençait à abandonner et à croire que ces manuscrits n'étaient en fait que des légendes . Ce jour là, comme à mon habitude, je cherchait quand les autres étudiants étaient en pause déjeuné, et, par le plus grand des hasards, je fus soudain tentée de sortir un des vieux livres poussiéreux de la bibliothèque . Que ne fus pas ma surprise, quand le livre,au lieu de sortir de la bibliothèque, la fit pivoter, me dévoilant les manuscrits que j'avais tant cherchés .

     

    Tout les livres étaient en latin, et je fus heureuse d'avoir insisté pour l'étudier au collège . Un seul livre attira vraiment mon attention . Il était mince, de couleur rouge, et truffé de note marqué fiévreusement à la plume .

     

    Au cour de la semaine qui suivit, j'étudiais en profondeur le carnet nommé Daemonium et je comprise enfin pourquoi Oka et ses amis ne parvenaient pas à invoquer un démon : Ils ne faisaient que prier en allumant des bougies, pourtant le livre parlait pour chaque rituel, de sacrifices . Leur rituel qui était le plus détaillé était sur les démons de feu, et là encore, des notes avaient étaient rajoutées . Ce rituel parlait d'un sacrifice humain, mais étais je prête à faire une chose pareille ? La réponse se présenta d'elle même : oui .

     

    Dans les jours qui suivirent, je parlais de mon projet à la chef des délinquante, en "oubliant" que je faisais ça pour invoquer un démon, prétextant une vengeance . Comme d'habitude, Teino fut d'accord pour m'aider,et nous fixâme le rituel le vendredi . Notre plans était près . La victime serai Midori Gurin, seule élève à rester très tard le soir à l'école . Bien sur, nous avons tous prévus, ce débarrasser du corps, notre fuite ... C'est moi qui tuerai Midori et qui effecturais le rituel, Teino devant m'attendre à coté des casiers et me donner des vêtements propres .

     

    Le jours j, nous restâmes à l'école en nous cachant dans les toilettes . Seul problème : Oka restait aussi à l'école, mais heureusement dans la salle informatique .

     

    Je pris alors le couteau de rituel, absolument indispensable, et montais sans bruit sur le toit ou Midori aimait bien travailler.. Je m'approchais d'elle, mais alors que j'allais la frapper, elle vu l'éclat de mon couteau à la lumière de la lune et avant que je ne puisse la frapper, elle hurla . Heureusement, ses jambes furent plus longues à se réveiller que sa voix et, me disputant intérieurement pour tout ce bruit inutile, je l’appris dans mes bras et redescendis dans le club occulte . Je l'allongeait, un membres sur chaque branches de l'étoile, allumais toutes les bougies et, avec le sang de Midori, traçait des runes sur mes avant bras .

     

    Je m'approchais alors du crane au centre de la pièce, et, d'un geste brusque, enfonçait le couteau …

    -oOoOoOo-


    votre commentaire
  • -oOoOoOo-

     Chapitre 3 : Cœur de démon et trahison ...

    Je m'approchais alors du crane au centre de la pièce, et d'un geste brusque, enfonçais le couteau . J’eus alors l’impression de tourner sur moi même, et avant d' être avalée dans un tourbillon de couleurs vives virant peu à peu au gris, j’eus le temps de voir toutes les bougies s’éteindre  , comme soufflées par une force inconnue . Quand je parvins enfin à voir devant moi, je remarquais que j'étais dans une sorte de grande salle dont je ne voyais pas les murs, juste un horizon gris et morne . Je m'étais attendu à tomber sur un sinistre château construit de pierres noires et entouré de murs infranchissables, mais devant moi, ni château, ni murs, juste le sombre et infini néant .

    Tout à coup, je sentis un souffle brûlant sur ma nuque . Je me retournais violemment, mais rien . Énervée, je fis :

    -Montrais vous, lâche ! Mais j'entendais bien que ma voix tremblait, et la "chose" l'entendit aussi .

    -A quoi t'attendais tu en venant ici ? À des démons qui t'obéiraient au doigts et à l’œil ? La voix se durcit . Il n'y a rien pour toi ici, mais maintenant que tu es là ...

    Je sentis à nouveau le souffle brulant sur mon cou .

    -J'ai besoins d'un cœur ...

    Je sentais une mais sur mon épaule, mais je ne parvenais pas à bouger . Aucun de mes membres ne répondaient présent à l'appel . La chose parut amusé de ma frayeur car j'entendis un rire froid . Je savais qu'il était derrière moi, mais la voix semblait provenir de tout les côtés . Je fermais les yeux un instant essayant de me calmer . La voix venait à present de devant moi et j'ouvris les yeux . Ce que je vu à ce moment me terrifia . C'était un homme, sans aucun doute, grand . Mais à la place de sa tête et de ses mains, il n'y avait que feu . Sa "main" se rapprocha et se mit à jouer avec une mèche de mes cheveux . Peu de seconde après, je ressentis une sensation de brûlure, ma mèche était devenue blanche . J'hurlais .

    -C'est moi qui te fais si peur ? Je croyais pourtant que le but d'un rituel était d'invoquer un démon ... fit-il

    Je me rendais compte à présent de mon erreur . J'avais sciemment et de mon plein grès tuais quelqu'un . Et tout ça pour quoi ? Mourir à mon tour !

    -Mais non, tu ne mourra pas, tu es bien trop précieuse !

    Et avant que je comprenne ce qui se passait, le démon fonça vers moi, et, d'un geste fluide, enleva mon cœur . Étrangement, je ne ressentis rien, ni douleur, ni peur, j'avais l’impression que plus rien ne me touchait . Alors, en souriant (enfin, je devinais qu'il souriait, il approcha la boule lumineuse qu'il venait de sortir de ma poitrine, et échangea nos deux cœurs ...

    J'étais dans le club occulte, allongée par terre . J'espérai un instant que j'ai rêvais

    de tout ça, mais le sang sur mes vêtements et l'intense douleur à la poitrine me fit comprendre que non . Je sortis le poignard du crane et sortis en courant de la pièce . Dans ma course, je me heurtais à une personne et lâchais mon couteau de sa main, la maculant de sang . Effrayée à l'idée que l'inconnu me reconnaisse, je repartais en sens inverse .Mais, alors que j'allais sortir, je sentis une main m'attraper le bras . Je reteins de pousser un cris .

    -Kokoro !? C'est toi ? Mais que fais tu l'as à cette heure ? Et ce sang sur toi !

    -Oka ? Je … 

    Un instant, je voulus tout lui raconter . Pour le démon, pour Teino, mais une force au fond de moi m'en empêcha, et, comme dans un état second, je m'entendis prononcer :

    -Oh Oka ! Tu ne sais vraiment pas ce qui m'est arrivée ! J'avais oubliée mon devoir de chimie au club, et tu connais la prof, alors je suis revenue au club et ... ma voix s'étrangla, je ne comprenais pas comment je pouvais dire ce qui allais sortir de ma bouche quelque secondes plus tard . Et, j'ai vu le corps de Midori ! Alors j'ai essayée de m’enfuir, mais , au niveau des casiers, quelqu'un m’a percuté : c'était Teino ! Elle était pleine de sang, un couteau à la main ! Oka, j'ai peur ! Je jouais bien la comédie . Je m'étais délectée en voyant son visage se décomposée . Enfin ... Une petite partie de moi criait, ne comprenant pas pourquoi je disais ça, mais elle fut vite balayée par l'étau glacial, qui, après s'être emparé de mon cœur, s'emparait à présent de tout mon être .

    Oka me crut, elle ne posa même pas de questions . Je partis alors dans la nuit ne pensant plus à Teino, un sombre sentiment de satisfaction me rongeant le cœur ...


    votre commentaire
  •  -oOoOoOo-

      Chapitre 4 : Rapprochement et sentiments ... 

    Après ce jour là, les événements se suivirent : le corps de Midori fut trouvé, l'enquête commença, Teino fut finalemt arrêtée et je du témoigner contre elle . Le regard qu'elle me jeta ce jour la me glace encore d’effroi aujourd'hui : c'était un mélange complexe de rage, trahison, d'une envie de vengeance et du grande incompréhension . Mais ce jour là, je restais de glace .

    A présent, le démon me laissais faire ce que je voulais, la seule indication de sa présence étant ma mèche désormais blanche, et la multitude de sentiments et de pensées que je ressentais, mais qui ne venais pas de moi . Chaque soir, je devais retourner dans la dimension des démons car, le démon m'avais expliqué que les cœurs ne devaient pas rester trop longtemps éloignés de leurs propriétaires . Ainsi chaque nuits, je retournais à l'école pour effectuer le rituel . Heureusement, revenir dans le monde démonique ne nécessitait pas de cadavre en plus, mais j'étais obligée de dessiner des runes avec mon sang .

    À l'école, Oka ne me parlais plus ou peu . Je ne comprenais pas son aversion . Qu'avais je fais ? Ou peu être agissait-elle ainsi par peur des représailles de Teino . Je ne le savais pas . De son côté Akeino, le jeune homme qui me collait tout le temps se montrait de plus en plus ardit, et, une semaine plus tard, il finit par m'adresser la parole :

    -Kokoro ? Je peux te parler ? demanda t-il d'une voix timide

    -Vas y, je t'écoute .

    -Je voulais te demander si ... si ... je voyais bien qu'il hésitait à me dire quelque chose . Je voulais te demander si ... tu pouvais me donner des cours de Maths . Vu que tu es la meilleure de la classe . Je voyais qu'il était embarrassé et que ce n'était pas ce qu'il voulait dire .

    -Bon, ok . On se retrouve demain, pendant la pause, dans la classe 2.1 .

    Et à ces mots, je tournais les talons et partis . Durant les jours qui suivirent, je fis plus ample connaissance avec Akeino . Il habitait près de Tokyo, était fils de scientifiques (ce qui montrait bien l'impossibilité de son excuse ) et il avais 17 ans, comme moi . Akeino était très gentil et attentionné et, même si les cours qu'il m'avait demandé ne l'intéressait pas le moins du monde, il continua à me demander mon aide . Il devins rapidement comme un confident pour moi . Bien sur, je ne lui disais rien sur le démon, mais je lui racontais mon enfance difficile, ou mes parents ne me comprenaient pas . Il m'écoutait sans m'interrompre, et à force de gentillesse et de compliments, mon cœur, que je croyais mort, recommença à fonctionner . Mais les pensés du démon en sa compagnie étaient toujours négatives, colère, haine, et même un sentiment ressemblant étrangement à de la jalousie . Lorsqu'il me voyait, le soir, il me paraissait morose et boudeur, mais je ni faisais pas attention .

    Un jour, ce qui devait arriver arriva : Akeino se rapprocha soudain de moi, nos visages n'étant plus qu'à quelque millimètre l'un de l'autre . Alors, doucement, comme un papillon qui se pose sur une fleur délicate, nos lèvres se touchèrent enfin . Ce baiser me sembla durer une éternité, une éternité de douceur et de volupté, mais soudain, je ressentis une atroce douleur au cœur . Akeino me regarda m’enfuir, croyant m'avoir blessée . Je me couchais dans l'herbe en essayant de me calmer, mais tout à coup, la douleur disparue, plus rien Lorsque le soir, je vins voir le démon, personne n'étais la, et au bout d'une semaine sans nouvelles, je crains qu'il soit partit pour toujours avec mon cœur .

    Lorsque j'arrivais au lycée le lundi, je fus violemment percutée par quelqu'un 

    -Fais attention ! fis je énervée, tous mes livres étant tombés par terre

    -C'est toi qui m'as poussé !

    je regardais outrée, le fou qui osait me dire ça, et tombais nez à nez, avec un grand jeune homme, le menton haut et fière,les yeux d'un noires profonds et des cheveux d'un blanc immaculé, tranchés par une mèche noire, qui me souriait ironiquement .

    -oOoOoOo-


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique