• Acte I: Passé / Chapitre 3

    Et voila la suite, comme promis!

    Amusez-vous bien!

    Tchao!

     

    Depuis que je suis dans cet asile, j'ai perdu toute notion du temps.
    Est ce que je suis là depuis une semaine, un mois ou bien un an?
    Je n'en sais rien.
    Tout ce que je sais c'est que, à intervalles réguliers, on vient m'injecter des sédatifs qui me bousillent la cervelle.
    Et je revois en boucle la mort horrible de ma meilleure amie.
    Mort qui ne me fait plus rien.
    À force de voir cette scène, je m'y suis habituée.
    Je ne ressens plus rien en la voyant.
    Je ne ressens plus rien du tout d'ailleurs.
    Je me dégoûte moi-­même!
    Comment est ce que je ne peux plus rien ressentir face à... ça!
    Je... je suis un monstre! Je devrais mourir!
    Mais je ne peux pas.
    Je n'ai aucun de me suicider: je suis attachée en permanence...
    Je ne peux rien... à moins que... Mais si! Je peux arrêter de lutter et sombrer dans le néant!
    Voila une belle mort pour la folle que je suis!
    J'ai juste à fermer les yeux... et à... abandonner...

    Je rouvre les yeux.
    Le soleil me pique les yeux.
    ...Le soleil?...
    Je suis sous un cerisier.

    Un garçon est assis face à moi.
    Ses mèches noires cachent en partie son visage et des yeux d'un noir profond.
    Il est... beau.
    Il me sourit et me dit:
    - Hey, Ayano, ça va? Tu as l'air...ailleurs...
    - Je, je...
    - Tu sais, si quelque chose ne va pas, tu peux m'en parler...

    Je me mets alors à pleurer.
    Il me regarde de son regard magnifique.
    N'en fais pas, je suis là, avec toi...
    Avec toi... avec toi... avec toi...
    Ces mots résonnent dans ma tête... En boucle...

    J'ouvre les yeux: je suis de retour à l'asile.
    Mais quelque chose a changé au fond de moi.
    Je... j'éprouve quelque chose... quelque chose que je n'avais pas senti depuis bien longtemps... un sentiment?
    Cette chose que je ressens... est­-ce que c'est du courage? De l'espoir? Ou toute autre chose?...
    Quoiqu'il n'en soit, j'ai trouvé une raison de me battre.
    Une raison de sortir d'ici.
    Une raison de survivre.

    J'ai réfléchi.
    Je ne peux pas m'enfuir.
    C'est impossible.
    Par contre, ils peuvent me libérer.
    Et le seul et unique moyen pour qu'ils le fassent, c'est qu'ils me croient guérie.
    Si je réussis à leur faire croire ça, je suis libre.
    Ça veut dire que je vais devoir lutter contre leur produits.
    Et camoufler ma folie.
    Aucun problème.
    Je suis prête à tout pour le retrouver.
    Lui.
    Mon sauveur.

    Beaucoup de temps est passé depuis que j'ai fait ce rêve.
    À chaque fois que l'on est venu pour me faire une injection, j'ai pris un air innocent, souri et dis:
    Bonjour, comment allez­-vous aujourd'hui?
    Jamais on ne me répondait.
    Mais aujourd'hui quelque chose à changé.
    On m'a répondu.
    - Bonjour, comment allez-­vous aujourd'hui?
    - Euh, bien merci.

    Ce n'est qu'un début, mais c'est déjà ça!
    Ma "relation" avec mes geôliers s'est considérablement améliorée: non seulement ils me répondent, mais ils discutent aussi avec moi!
    De plus, j'ai également remarqué qu'il n'y avait plus de gardes.
    On dirait qu'il ont pris confiance en moi.
    Parfait.

    Je suis assise sur ma chaise, comme tout les jours lorsque la porte s'ouvre.
    Entre la jeune femme que j'avais déjà vue lors de mon premier jour ici.
    Alors te voila enfin...
    - Bonjour!, me dit elle.
    Je dois rester calme...
    - Bonjour!
    - Comment vas tu?
    À ton avis? Idiote!
    - Très bien, merci. Je crois que vos médicaments me font beaucoup de bien!
    - Bien sur, nous sommes là pour ça, pour que tu te sentes bien...
    Menteuse! MENTEUSE!!!
    - Au fait, excusez­ moi de m'être comportée violemment lors de notre première rencontre...
    - Ne t'en fais pas, je peux tout à fais comprendre que tu étais en état choc, c'est normal...
    TE TUER! J'AURAIS DÛ TE TUER LA DERNIÈRE FOIS!
    - Merci... de comprendre...
    - Ayano, j'ai une question à te poser.
    MEURS! MEURS! MEURS!
    - Oui?
    - ... Est ce que tu penses que tu serais prête à nous quitter?
    JE TE TUERAIS! JE TE TUERAIS DÈS QUE J'EN AURAIS L'OCCASION! TU ENTENDS ÇA?!??!?!
    - Oui. Oui je le penses.
    - Alors, c'est d'accord.

    Puis tout va très vite: deux gardes viennent me détacher, ils m'emmènent dans une petite pièce avec les vêtements que je portais lorsque je suis arrivée ici.
    Ils dégrafent les manches de ma chemise et s'en vont.
    Je me change de ses vêtements maudits.
    Je sors de la salle.

    On me mène dans le même bureau jaune qu'au tout début.
    La fille est là.
    Elle me demande de signer un papier indiquant ma sortie.
    Elle me tends un stylo.
    J'approche ma main du papier.
    J’hésite.
    Je... Ça y est? Tout ces efforts ont enfin payé? Suis-­je prête pour ça? Oui.
    Je signe.
    Le femme me regarde en souriant.
    Je suis libre.
    Je vais pouvoir aller le retrouver.
    Mon sauveur.

    FIN DE L'ACTE I

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 3 Juin 2016 à 18:17

    Suite !

    2
    Samedi 18 Juin 2016 à 13:36

    Sa ma tuer le MEURS MEURS xD 

    3
    Lulu
    Lundi 20 Juin 2016 à 19:42

    continue ta fanfiction stp

    4
    Mardi 2 Août 2016 à 16:56

    SUITE PLSSSSSSSSSSS

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter